Le Tri


Pourquoi le tri ?
Le Centre de tri
Les emballages papiers cartons
Le verre
Les journaux
Les bouteilles et flacons en plastique
L'acier





Pourquoi le tri ?

Télécharger le Guide du tri

Télécharger le Guide de Tri détaillé

Les raisons d’effectuer le tri chez soi, c’est de réduire les couts d’enfouissement, de redonner une deuxième vie aux emballages triés et surtout de préserver les ressources naturelles. Les emballages sont collectés en porte à porte ou en bacs de regroupements dans des sacs translucides jaunes, une à deux fois par semaine sur l’ensemble du territoire du SYMCTOM.

La collecte s’effectue en benne bi-compartimentée en même temps que les ordures ménagères. Une fois collecté ces emballage sont acheminés vers le centre de tri du SYMCTOM afin d’y être triés en sept catégories de matériaux (le PET claire - le PET foncé - le PEHD - les EMR - les ELA - l’acier et l’aluminium) en régie par nos agents, et d’être réexpédiés vers les filières appropriées de recyclage.

Les journaux, revues et magasines (JRM) sont déposés par les usagers dans des  bacs  ou dans des colonnes, sur divers points de regroupement, puis sont collectés soit par une benne à ordures ménagères (bacs), soit par un camion équipée d’une grue (colonnes).Une fois ces JRM collectés, ils sont acheminés vers le centre de tri du SYMCTOM afin d’y être également triés séparement des emballages.  

Le centre de tri

Le centre de tri est composé de cellules de réception, d’une succession de tapis qui compose le process TRI, d’une cabine de tri ou œuvre manuellement les agents de tri, et de silos de stockages pour les matériaux triés, associés à deux presses qui composent le process conditionnement.

Deux engins de manutention sont également présent sur le site afin d’alimenter les tapis et de réaliser les chargements lors d’expédition de matériaux. En moyen humain le centre de tri est composé de dix agents dont deux sont dédiés à l’ouverture des sacs, sept au tri manuel des emballages (contenu des sacs jaunes) et un chef d’équipe qui s’emploie à alimenter la chaine de tri, à conditionner en balles les matériaux triés, et à effectuer les chargements.


 

Les emballages PAPIERS ET CARTONS

Qu’ils soient fabriqués en carton ondulé, en carton plat, en papier, tous les emballages papier-carton se recyclent selon le même principe. L’objectif est de séparer les fibres qu’ils contiennent des autres produits éventuellement associés : encres, vernis…. Les fibres sont utilisées pour refaire des papiers neufs. Cette opération s’effectue en trois phases :

  • Le pulpage qui assure un tri complémentaire et le défibrage.
  • L’épuration qui sépare les fibres des éléments qui leur sont associés.
  • Le raffinage qui optimise les caractéristiques des fibres récupérées.
Télécharger "Les Emballages ménagers et le recyclage"

 

Les étuis, boites, sacs papier…. Servent à produire de nouveaux papiers et cartons destinés à la fabrication de caisses pour le regroupement et le transport des marchandises. A leur tour, ces nouveaux emballages seront recyclés après usage.

Les briques alimentaires servent à fabriquer des produits tels que des papiers sanitaires et domestiques (papier d’essuyage…) et des papiers cadeaux. Les matériaux plastiques ou aluminium qu’elles contiennent sont extraits et recyclés séparément dans les conditions environnementales requises.

BENEFICES A LONG TERME

Préserver les ressources naturelles, diminuer les impacts sur l’environnement, réduire la consommation d’énergie, limiter le volume des déchets éliminés.

Télécharger "Le Processus de recyclage"


 

Le verre

Une fois vos verres déposés dans les bacs ou dans les colonnes

ils sont collectés par des véhicules spécifiques





et acheminés vers notre centre de tris ou ils sont stockés Un transporteur vient les chercher pour les livrer
vers un centre de traitement qui se situe à St ROMAIN le PUY (42)


 

Dans ce centre de traitement le verre subit plusieurs tri pour éliminer les matières impropres (plastiques, papiers, acier……) mais surtout les infusibles (faience, vaisselle, vitrocéramique…..qui ne fondent pas).

Ensuite le verre est broyé et devient "le calcin".

Le calcin obtenu est ensuite fondu à très haute température (1600°C) puis soufflé (voir photo ci-contre) pour donner de nouveaux contenants en verre. Ces nouveaux contenants sont ensuite réintroduits dans les linéaires pour les consommateurs.

Le recyclage du verre permet ainsi de préserver les ressources naturelles non renouvelables, d’économiser de l’énergie, de limiter les rejets de CO2 et d’éviter la mise en centre d’enfouissement ou il serait perdu.

 

LE VERRE NAIT DU VERRE. Recyclons-le !


Les Journaux, Revues et Magazines

Chacun d’entre nous rejette par an 450 kg de déchets. Les papiers et cartons représentent à eux seuls 140 kg dont plus tiers est constitué de journaux, revues et magazines recyclables pour la fabrication du papier journal.

Pourtant, si la France possède un potentiel de 2,7 millions de tonnes de papiers recyclables, seules 950 000 tonnes sont aujourd’hui récupérées grâce à la collecte sélective des ménages.

Une fois vos papiers, revues et magazines déposés dans les points d’apports volontaires (voir photo ci-contre), ils vont être collectés et acheminés vers le centre de tri du SYMCTOM pour y être triés afin d’enlever un maximum d’indésirables (emballage en carton marron, papiers résistants humides, plastiques, couvertures rigides, enveloppes kraft….) Ces papiers, revues et magazines triés vont être expédiés en vrac par camion semi-remorque vers la papeterie Chapelle Darblay (76). (Voir video).

Les papiers recyclables issus de notre centre de tri vont subir une opération de désencrage. Celle-ci consiste à séparer l’encre des fibres et à les transformer en une pâte à papier blanche et propre, prête à être utilisée sur les machines à papier.

Le désencrage en quatre étapes.

1 - La trituration

Cette première étape s’effectue dans un tambour. Les papiers y sont mélangés à de l’eau. Le tambour est en rotation et légèrement incliné, facilitant ainsi l’évacuation des matières impropres (plastiques, cartons, cd-rom, détritus….).

2 - L’épuration

Cette étape permet d’extraire les éléments plus fin comme le sable, le verre et les agrafes afin d’obtenir une matière première propre. Le principe de la force centrifuge est utilisé pour séparer ces matières indésirables des fibres.

3 - La flottation

Les encres sont séparées des fibres dans des cellules de flottation ou de l’air est injecté, créant ainsi des millions de bulles. L’encre est entrainée par ces bulles d’air qui remontent à la surface en formant une mousse. Celle-ci est extraite par débordement, avant d’être pressée et valorisé en production de vapeur.

4 - La dispersion

C’est l’étape finale qui garantit la propreté de la pâte. Les fines particules d’encre restantes sont dispersées à chaud et sont ensuite extraites lors d’une deuxième flottation. La pâte est ensuite stockée avant d’alimenter les deux machines à papier.

Environnement :

L’eau nécessaire pour fabriquer le papier est pompée dans la Seine. Les effluents sont traités par une station d’épuration dans le respect des seuils fixés par la réglementation.

 

Le recyclage du papier n’augmente pas la consommation de l’eau.

Les bouteilles et flacons plastiques

Une fois les bouteilles et flacons plastiques qui sont triés dans le centre de tri du SYMCTOM en 3 flux (PET claire, PET foncé, PEHD) sont conditionnés en balles (photo ci-contre) en attente d’être expédiés dans des usines de régénération.

Dans ces usines de régénération, ces bouteilles et flacons plastiques vont subir plusieurs étapes.

  • D’abord le prélavage (permettant d’enlever les étiquettes, la colle, et les impuretés) et le broyage en paillettes.

  • Ensuite vient l’étape du lavage et la séparation des bouchons par flottation et enfin le séchage et le conditionnement.

Par la suite ces paillettes serviront à produire de la fibre, de la moquette acoustique pour l’automobile, des bouteilles d’eau minérale naturelle, des bacs de collecte, des barquettes de jardinage, des stylos... (photo ci-contre)

www.valorplast.com

 

L'Acier

L’acier c’est le matériau anti gaspi par excellence. Avec lui, rien ne se perd. Voitures, boites de conserve, futs, immeubles…. Tous contiennent de l’acier que l’on récupère pour faire à nouveau des voitures, des boites, des immeubles et bien d’autres choses encore. L’acier c’est le cycle perpétuel.

Le cycle du fer

Après le premier cycle de production au cours duquel le fer venant du minerai a été transformé en acier, puis en produits, tous les objets usagés en acier retournent dans une aciérie : ils y commencent une deuxième vie que l’on appelle le recyclage. Et le cycle est infini. C’est ainsi qu’un objet en acier contient du fer qui a pu faire dix, vingt, trente cycles de production. En théorie, rien n’interdit de penser qu’une partie de l’épée de Vercingétorix revit dans la Tour Eiffel !

Télécharger la BD "L'Acier, le métal qui emballe !"

 

Le recyclage des emballages en acier, comment ça marche ?

Quel que soit le système de collecte et de traitement des ordures ménagères, la récupération des emballages en acier est facile et peu couteuse.

20 % des emballages en acier recyclés proviennent du tri sélectif.


1 -  La récupération des emballages usagés dans notre centre de tri.

Après avoir été triés par les usagers et mis dans le sac jaune, les emballages (carton, plastique, métal) sont triés par type de matériaux. Pour l’acier, la récupération sur le tapis de tri s’effectue magnétiquement.

64 % des emballages ménagers en acier consommés sont récupérés et recyclés chaque année. Et ce taux est en progression constante.


2 - Les contrôles.

La qualité des ferrailles des centres de tri est régulièrement et rigoureusement contrôlée : tenue des paquets, propreté, odeurs….A l’entrée de l’aciérie, chaque camion en provenance de notre centre de tri est inspecté et l’état de l’acier est jugé avant le processus de fabrication d’un nouvel acier. Les emballages en acier collectés doivent être le moins souillé possible. C’est pourquoi il est recommandé de ne pas utiliser les boites de conserve comme poubelle.

Ne pas laver vos boites de conserve. Bien raclé suffit. Vous économiserez de l’eau.

 

3 - L’appropriation.

L’emballage en acier usagé doit subir une « appropriation » avant d’être utilisé dans les aciéries comme une véritable matière première. Il s’agit de lui faire subir différentes opérations et traitements (broyage, compactage) afin que l’acier atteigne la pureté et la densité voulues avant enfournement. L’acier recyclable doit en effet répondre à des critères très précis pour assurer la qualité de l’acier neuf.

 

4 - Transformation de la ferraille en acier : « le recyclage »

Les ferrailles de récupération sont enfin réintroduites dans le cycle de production, soit comme ajout dans la filière fonte, soit comme matière première dans la filière électrique.

 

La filière fonte.

Les aciéries de conservation qui travaillent principalement à partir de minerai de fer consomment la ferraille en complément de la ressource vierge. Ce complément est de l’ordre de 5 à 25 %.

La filière électrique.

Les aciéries électriques assurent, en revanche, un recyclage intégral, puisque leur approvisionnement est réalisé de 100 % de ferrailles recyclées. Les produits qui en sortent sont des aciers neufs réalisés à partir d’aciers usagés.

54 % de la production européenne d’acier est issue du recyclage de ferrailles.


Recyclé ne veut pas dire seconde qualité

Cet acier qui a repris vie conserve toutes ses qualités premières.

Preuve en est, les aciers utilisés pour les boosters de la fusée Ariane ou pour les ronds à béton de l’arche de la Défense proviennent du recyclage !

Plus communément, une canette peut redevenir une canette identique mais aussi une partie de capot de voiture, un pont en acier, un frigo, une machine à laver, etc.

 

 


 
RizVN Login

Identification



Accès privé